INTERVIEW | Todd McIntosh (chef du département Maquillage)

22 Novembre 2016. Todd McIntosh, qui fut le chef du département maquillage sur Buffy contre les vampires, accepte de répondre à notre demande d’interview pour nous expliquer le contenu de son travail sur la série et les anecdotes qui en découlent. C’est à lui qu’on doit les maquillages de vampires, de démons, la pose des prothèses ou de fausses dents, mais aussi les coiffures des acteurs. McIntosh était aussi apparu dans un petit rôle de figuration lors de l’épisode « 2×07 Mensonge ».

Nous tenons également à saluer la mémoire d’un de ses collaborateurs et ami, John Vulich, qui nous a quitté le 12 Octobre dernier.

BUFFY ANGEL SHOW : Comment organisiez-vous votre travail pour la série (de l’idée première à la création) ? 

TODD MCINTOSH : Si je comprends bien ce que vous demandez, l’idée fausse répandue est que j’étais responsable de chaque étape du maquillage. C’était seulement vrai sur travail de beauté des personnages, tandis qu’avec les prothèses mon travail s’en tenait à l’application et la coloration. La chose à comprendre est que j’étais le chef du département de maquillage, et la moitié de mon travail était administratif. Les idées de la conception des monstres ont été générés par les scénaristes dans les scripts et ont ensuite été présentés aux chefs du département environ une semaine avant de filmer l’épisode. Ensuite, l’entreprise de prothèse, John Vulich’s Optic Nerve, produisait des dessins du personnage pour approbation – parfois 5-10 esquisses. La plupart d’entre eux ont été réalisés par Shop Artist et  John Wheaton.

BAS : Aviez-vous un délai ?

TM : Une fois l’approbation des producteurs, Optic Nerve sculptait et produisait les prothèses – toujours dans un temps très court.

BAS : C’était difficile de tenir les délais ?

TM : Dans le milieu de la télévision, il n’est pas rare de travailler avec des échéances impossibles et je sais  que Optic Nerve avait de nombreuses astuces pour raccourcir le processus. Une fois que les prothèses m’étaient livrées, ma partie du processus commençait. J’étais en mesure de faire des tests avec les acteurs, si le temps me le permettait, puis j’appliquais et colorais les prothèses. Je ne travaillais pas seul, bien sûr. J’avais beaucoup de talentueux maquilleurs dans l’équipe, et comme aide occasionnelle, qui ont fait un travail magnifique pour la série.

Je veux dire ici si vous me le permettez que John Vulich, que je considérais comme un grand ami et merveilleux collaborateur, est malheureusement décédé il y a un mois. Au cours de notre association sur Buffy, John a toujours été solidaire et gentil et je ne peux pas ne pas souligner qu’il manquera à une génération entière d’artistes qu’il a inspiré.

BAS : Quel est le maquillage que vous avez préféré créer ?

TM : Je n’ai pas vraiment de préférence entre le maquillage de beauté et le maquillage de prothèses  des personnages. J’aime tout et apprécie les aspects transformateurs des deux. J’ai essayé de mettre tous mes efforts dans chaque maquillage, mais la série a eue lieu il y a 20 ans et je ne me souviens pas de beaucoup plus de détails. Ce que je me souviens, c’est que nous, mon équipe et Optic Nerve, avons essayé au maximum de livrer un travail de qualité cinématographique dans des limites impossibles. Nous avons eu le soutien de Joss et de tous les gens créatifs qui ont travaillé en tandem avec nous.

BAS : Laquelle de vos créations a été votre plus grand défi ?

TM : Notre personnage le plus difficile a été Adam. C’était un maquillage de 6 heures – très difficile pour l’acteur et les artistes. L’acteur a dû se tenir debout pendant une grande partie du temps d’application.

BAS :Suiviez-vous Buffy et Angel lors de leur diffusion? Si oui, avez-vous un épisode préféré ?

TM : Je regardais Buffy quand la série était diffusée. Je pense qu’il est certain de dire que l’épisode avec les Gentlemens a été l’un des meilleurs épisodes et le plus aimé. Cependant, j’ai aussi aimé l’épisode où Joyce meurt – Joss l’a dirigé et je pense que c’était de loin l’un des épisodes les plus frappants que nous ayons fait.

BAS : A-t-il été difficile pour certains acteurs de porter vos maquillages et masques ?

TM : Oui en effet. Le port d’une prothèse est une compétence spéciale. Certains acteurs sont bien avec elle tandis que d’autres ont de mauvaises réactions. Une actrice sentait que la partie du cou de la prothèse l’étouffait. D’autres sont claustrophobes. Un acteur nous a quitté et a dû être remplacé parce qu’il ne pouvait pas porter le masque facial. À plus d’une occasion, nous avons également eu des acteurs allergiques au latex qui avaient des réactions cutanées.

BAS : Avez-vous une histoire à partager avec nous sur vos années « Buffyverse » ?

TM : C’est une question si difficile. Les choses les plus mémorables sont celles dont je ne peux pas parler ! Je me souviens que nous avons toujours travaillé pour Halloween. Une année, j’ai pris des dispositions pour maquiller après le tournage, et moi et mon équipe sommes restés afin de maquiller tout le monde, des acteurs qui ne travaillaient pas cette nuit-là jusqu’aux enfants des producteurs et des membres réguliers du staff. C’était très amusant et un vrai régal pour nous tous.

Je reçois souvent des courriels de fans, même aujourd’hui. La chose étrange est qu’ils vont poser des questions comme: « Quel ombre à paupières avez-vous utilisé sur Buffy dans l’épisode « machin » de la scène où il y a « machin » ? » Comment peut-on imaginer que je me souvienne d’une ombre à paupière d’il y a 20 ans ?! Buffy était une série rapide et rude à filmer. Nous sommes passés si rapidement d’épisode en épisode et de saison en saison que la plupart d’entre eux provoquent un flou dans ma mémoire.

BAS : Votre premier Emmy Award était pour votre travail sur Buffy. Diriez-vous que cela a pu être un tremplin ?

TM : Oui et non. Certes, il est merveilleux d’être reconnu par vos pairs pour votre travail – et nous avons travaillé très dur tout comme nous l’avons fait sur Pushing Daisies où j’ai obtenu mon deuxième Emmy. Mais l’industrie est une vaste machine commerciale. Ce n’est plus comme c’était dans les premiers temps où l’artisanat était placé sur un piédestal – et payé. L’Emmy ne signifie pas vraiment beaucoup dans la carrière d’un maquilleur professionnel aujourd’hui – comme avec tout le monde, vous êtes seulement aussi bon que votre dernier emploi !

BAS : Préférez-vous travailler sur un film ou sur une série TV ?

TM : Encore une fois, j’ai peu de contrôle sur les emplois pour lesquels je suis embauché. J’ai fait beaucoup de TV et cela semble être le milieu pour lequel je suis embauché pour ces derniers temps. En ce qui concerne le travail, ils sont à peu près les mêmes pour le maquillage, la différence est dans le budget et le temps de préparation.

BAS : Pour terminer Todd, où pourrons-nous bientôt suivre votre travail ? Quels sont vos projets futurs ?

TM : Mon dernier show est une comédie de Fox intitulée Making History.